eso2119fr-ch — Communiqué de presse scientifique

Regardez les étoiles se déplacer autour du trou noir supermassif de la Voie Lactée avec les images les plus résolues à ce jour

14 décembre 2021

Very Large Telescope en mode interféromètre de l'Observatoire Européen Austral (VLTI de l'ESO) a obtenu les images les plus détaillées et les plus nettes à ce jour de la région entourant le trou noir supermassif au centre de notre galaxie. Les nouvelles images permettent de zoomer 20 fois plus que ce qui était possible avant le VLTI et ont aidé les astronomes à trouver une étoile jamais observée auparavant à proximité du trou noir. En suivant les orbites des étoiles au centre de notre Voie Lactée, l'équipe a réalisé la mesure la plus précise à ce jour de la masse du trou noir.

"Nous voulons en savoir plus sur le trou noir situé au centre de la Voie lactée, Sagittarius A* : Quelle est sa masse exacte ? Tourne-t-il ? Les étoiles qui l'entourent se comportent-elles exactement comme nous l'attendons de la théorie générale de la relativité d'Einstein ? La meilleure façon de répondre à ces questions est de suivre les étoiles sur des orbites proches du trou noir supermassif. Et nous démontrons ici que nous pouvons le faire avec une précision inégalée", explique Reinhard Genzel, directeur de l'Institut Max Planck de physique extraterrestre (MPE) à Garching, en Allemagne, qui a reçu le prix Nobel en 2020 pour ses recherches sur Sagittarius A*. Les derniers résultats de Reinhard Genzel et de son équipe, qui s'appuient sur l'étude qu'ils mènent depuis trois décennies sur les étoiles en orbite autour du trou noir supermassif de la Voie Lactée, sont publiés aujourd'hui dans deux articles de la revue Astronomy & Astrophysics.

Dans le but de trouver encore plus d'étoiles à proximité du trou noir, l'équipe, connue sous le nom de collaboration GRAVITY, a mis au point une nouvelle technique d'analyse qui lui a permis d'obtenir les images les plus détaillées et les plus nettes de notre centre galactique. "Le VLTI nous donne cette incroyable résolution spatiale et, avec les nouvelles images, nous atteignons une profondeur jamais atteinte auparavant. Nous sommes stupéfaits par leur quantité de détails, ainsi que par l'action et le nombre d'étoiles qu'elles révèlent autour du trou noir", explique Julia Stadler, chercheuse à l'Institut Max Planck d'astrophysique de Garching, qui a dirigé les opérations d'imagerie de l'équipe pendant son séjour au MPE. Fait remarquable, ils ont trouvé une étoile, appelée S300, qui n'avait jamais été repérée auparavant, ce qui montre à quel point cette méthode est puissante lorsqu'il s'agit de repérer des objets très peu lumineux à proximité de Sagittarius A*.

Avec leurs dernières observations, réalisées entre mars et juillet 2021, l'équipe s'est attachée à effectuer des mesures précises des étoiles lorsqu'elles s'approchaient du trou noir. Parmi elles, l'étoile S29, qui détient le record de l'étoile qui s'est approchée le plus près du trou noir à la fin du mois de mai 2021. Elle est passée à une distance de seulement 13 milliards de kilomètres du trou noir, soit environ 90 fois la distance Soleil-Terre, à la vitesse stupéfiante de 8740 kilomètres par seconde. Aucune autre étoile n'a jamais été observée en train de passer aussi près du trou noir ou de le contourner aussi rapidement.

Les mesures et les images de l'équipe ont été rendues possibles grâce à GRAVITY, un instrument unique que la collaboration a développé pour le VLTI de l'ESO, situé au Chili. GRAVITY combine la lumière des quatre télescopes de 8,2 mètres du Very Large Telescope (VLT) de l'ESO en utilisant une technique appelée interférométrie. Cette technique est complexe, "mais au final, on obtient des images 20 fois plus nettes que celles provenant des télescopes du VLT individuellement, révélant ainsi les secrets du centre galactique", explique Frank Eisenhauer du MPE, chercheur principal de GRAVITY.

"Suivre les étoiles sur des orbites rapprochées autour de Sagittarius A* nous permet de sonder avec précision le champ gravitationnel autour du trou noir massif le plus proche de la Terre, de tester la relativité générale et de déterminer les propriétés du trou noir", explique Reinhard Genzel. Les nouvelles observations, combinées aux données antérieures de l'équipe, confirment que les étoiles suivent exactement les trajectoires prédites par la relativité générale pour des objets se déplaçant autour d'un trou noir d'une masse de 4,30 millions de fois celle du Soleil. Il s'agit de l'estimation la plus précise à ce jour de la masse du trou noir central de la Voie Lactée. Les chercheurs ont également réussi à affiner la distance de Sagittarius A*, qui se trouve à 27 000 années-lumière de la Terre.

Pour obtenir ces nouvelles images, les astronomes ont utilisé une technique d'apprentissage automatique, appelée théorie des champs d'information. Ils ont créé un modèle de l'apparence des sources réelles, simulé la façon dont GRAVITY les verrait et comparé cette simulation aux observations de GRAVITY. Cela leur a permis de trouver et de suivre les étoiles autour de Sagittarius A* avec une profondeur et une précision inégalées. En plus des observations GRAVITY, l'équipe a également utilisé les données de NACO et SINFONI, deux anciens instruments du VLT, ainsi que des mesures de l'observatoire Keck et de l'observatoire Gemini du NOIRLab aux États-Unis.

GRAVITY sera mis à jour dans le courant de la décennie pour devenir GRAVITY+, qui sera également installé sur le VLTI de l'ESO et poussera encore plus loin la sensibilité pour révéler des étoiles moins lumineuses encore plus proches du trou noir. L'équipe a pour objectif de trouver des étoiles si proches que leurs orbites ressentiront les effets gravitationnels causés par la rotation du trou noir. Le prochain Extremely Large Telescope (ELT) de l'ESO, en cours de construction dans le désert chilien d'Atacama, permettra en outre à l'équipe de mesurer la vitesse de ces étoiles avec une très grande précision. "Grâce à la puissance combinée de GRAVITY+ et de l'ELT, nous serons en mesure de déterminer à quelle vitesse le trou noir tourne", explique Frank Eisenhauer. "Personne n'a été en mesure de le faire jusqu'à présent".

Plus d'informations

Cette recherche a été présentée dans deux articles de la collaboration GRAVITY à paraître dans Astronomy & Astrophysics.

L’équipe qui a rédigé le papier intitulé “The mass distribution in the Galactic Centre from interferometric astrometry of multiple stellar orbits” (doi:10.1051/0004-6361/202142465) est composée de : R. Abuter (European Southern Observatory, Garching, Allemagne [ESO]), A. Amorim (Universidade de Lisboa - Faculdade de Ciências, Portugal and Centro de Astrofísica e Gravitação, IST, Universidade de Lisboa, Portugal [CENTRA]),  M. Bauböck (Max Planck Institute for Extraterrestrial Physics, Garching, Allemagne [MPE] et Department of Physics, University of Illinois, USA), J. P. Berger (Univ. Grenoble Alpes, CNRS, Grenoble, France [IPAG] et ESO), H. Bonnet (ESO), G. Bourdarot (IPAG et MPE), W. Brandner (Max Planck Institute for Astronomy, Heidelberg, Allemagne [MPIA]), V. Cardoso (CENTRA et CERN, Genève, Suisse), Y. Clénet (Observatoire de Paris, Université PSL, CNRS, Sorbonne Université, Université de Paris, Meudon, France [LESIA]), Y. Dallilar (MPE), R. Davies (MPE), P. T. de Zeeuw (Sterrewacht Leiden, Leiden University [Leiden], Pays-Bas et MPE), J. Dexter (Department of Astrophysical & Planetary Sciences, JILA, Duane Physics Bldg.,University of Colorado [Colorado], Boulder, USA), A. Drescher (MPE), A. Eckart (1st Institute of Physics, University of Cologne, Allemagne [Cologne] et Max Planck Institute for Radio Astronomy, Bonn, Allemagne), F. Eisenhauer (MPE), N. M. Förster Schreiber (MPE), P. Garcia (Faculdade de Engenharia, Universidade do Porto, Portugal et CENTRA), F. Gao (Hamburger Sternwarte, Universität Hamburg, Allemagne et MPE), E. Gendron (LESIA), R. Genzel (MPE and Departments of Physics and Astronomy, Le Conte Hall, University of California, Berkeley, USA), S. Gillessen (MPE), M. Habibi (MPE), X. Haubois (European Southern Observatory, Santiago, Chili [ESO Chili]), G. Heißel (LESIA), T. Henning (MPIA), S. Hippler (MPIA), M. Horrobin (Cologne), L. Jochum (ESO Chili), L. Jocou (IPAG), A. Kaufer (ESO Chili), P. Kervella (LESIA), S. Lacour (LESIA), V. Lapeyrère (LLESIA), J.-B. Le Bouquin (IPAG), P. Léna (LESIA), D. Lutz (MPE), T. Ott (MPE), T. Paumard (LESIA), K. Perraut (IPAG), G. Perrin (LESIA), O. Pfuhl (ESO et MPE), S. Rabien (MPE), G. Rodríguez-Coira (LESIA), J. Shangguan (MPE), T. Shimizu (MPE), S. Scheithauer (MPIA), J. Stadler (MPE), O. Straub (MPE), C. Straubmeier (Cologne), E. Sturm (MPE), L. J. Tacconi (MPE), K. R. W. Tristram (ESO Chile), F. Vincent (LESIA), S. von Fellenberg (MPE), F. Widmann (MPE), E. Wieprecht (MPE), E. Wiezorrek (MPE), J. Woillez (ESO), S. Yazici MPE et Cologne), et A. Young (MPE). 

L’équipe qui a rédigé le papier intitulé “Deep images of the Galactic Center with GRAVITY” (doi:10.1051/0004-6361/202142459) est composée de : R. Abuter (ESO), P. Arras (Max Planck Institute for Astrophysics [MPA], Garching, Allemagne and Department of Physics, Technical University Munich [TUM], Garching, Allemagne), M. Bauböck (MPE et Department of Physics, University of Illinois, USA), H. Bonnet (ESO), W. Brandner (MPIA), G. Bourdarot (IPAG et MPE), V. Cardoso (CENTRA et CERN), Y. Clénet (LESIA), P. T. de Zeeuw (Leiden et MPE), J. Dexter (Colorado et MPE), Y. Dallilar (MPE), A. Drescher (MPE), A. Eckart (Cologne et Max Planck Institute for Radio Astronomy, Bonn, Allemagne), F. Eisenhauer (MPE), T. Enßlin (MPA), N. M. Förster Schreiber (MPE), P. Garcia (Faculdade de Engenharia, Universidade do Porto, Portugal et CENTRA), F. Gao (Hamburger Sternwarte, Universität Hamburg, Allemagne et MPE),  E. Gendron (LESIA), R. Genzel (MPE et Departments of Physics and Astronomy, Le Conte Hall, University of California, Berkeley, USA), S. Gillessen (MPE), M. Habibi (MPE), X. Haubois (ESO Chili), G. Heißel (LESIA), T. Henning (MPIA), S. Hippler (MPIA), M. Horrobin (Cologne), A. Jiménez-Rosales (MPE), L. Jochum (ESO Chili), L. Jocou (IPAG), A. Kaufer (ESO Chile), P. Kervella (LESIA), S. Lacour (LESIA), V. Lapeyrère (LESIA), J.-B. Le Bouquin (IPAG), P. Léna (LESIA), D. Lutz (MPE), T. Ott (MPE) , T. Paumard (LESIA) , K. Perraut (IPAG) , G. Perrin (LESIA) , O. Pfuhl (ESO et MPE), S. Rabien (MPE), J. Shangguan (MPE), T. Shimizu (MPE), S. Scheithauer (MPIA), J. Stadler (MPE , O. Straub (MPE), C. Straubmeier (Cologne), E. Sturm (MPE), L.J. Tacconi (MPE), K. R. W. Tristram (ESO Chili), F. Vincent (LESIA), S. von Fellenberg (MPE), I. Waisberg (Department of Particle Physics & Astrophysics, Weizmann Institute of Science, Israel et MPE), F. Widmann (MPE), E. Wieprecht (MPE), E. Wiezorrek (MPE), J. Woillez (ESO), S. Yazici (MPE et Cologne), A. Young (MPE) et G. Zins (ESO).

L'Observatoire Européen Austral (ESO) permet aux scientifiques du monde entier de découvrir les secrets de l'Univers pour le bénéfice de tous. Nous concevons, construisons et exploitons des observatoires au sol de classe mondiale - que les astronomes utilisent pour s'attaquer à des questions passionnantes et transmettre la fascination de l'astronomie - et nous encourageons la collaboration internationale en astronomie. Créé en 1962 en tant qu'organisation intergouvernementale, l'ESO est aujourd'hui soutenu par 16 États membres (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Finlande, Irlande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse), ainsi que par l'État hôte du Chili et l'Australie en tant que partenaire stratégique. Le siège de l'ESO ainsi que son centre d'accueil et son planétarium, l'ESO Supernova, sont situés près de Munich en Allemagne, tandis que le désert chilien d'Atacama, un endroit magnifique offrant des conditions uniques pour observer le ciel, accueille nos télescopes. L'ESO exploite trois sites d'observation : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le Very Large Telescope et son Very Large Telescope Interferometer, ainsi que deux télescopes de sondage, VISTA observant dans l'infrarouge et le VLT Survey Telescope observant dans la lumière visible. Toujours à Paranal, l'ESO accueillera et exploitera le Cherenkov Telescope Array South, l'observatoire de rayons gamma le plus grand et le plus sensible au monde. Avec ses partenaires internationaux, l'ESO exploite APEX et ALMA à Chajnantor, deux installations qui observent le ciel dans le domaine millimétrique et submillimétrique. Au Cerro Armazones, près de Paranal, nous construisons "le plus grand œil au monde tourné vers le ciel" - l'Extremely Large Telescope de l'ESO. Depuis nos bureaux de Santiago du Chili, nous soutenons nos opérations dans le pays et nous nous engageons auprès des partenaires et de la société chiliens.

Liens

Contacts

Reinhard Genzel
Director, Max Planck Institute for Extraterrestrial Physics
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 30000 3281
Email: genzel@mpe.mpg.de

Julia Stadler
Max Planck Institute for Astrophysics
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 30000 2205
Email: jstadler@mpe.mpg.de

Frank Eisenhauer
Max Planck Institute for Extraterrestrial Physics
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 30000 3563
Email: eisenhau@mpe.mpg.de

Stefan Gillessen
Max Planck Institute for Extraterrestrial Physics
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 30000 3839
Mobile: +49 176 99 66 41 39
Email: ste@mpe.mpg.de

Bárbara Ferreira
ESO Media Manager
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6670
Mobile: +49 151 241 664 00
Email: press@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso2119.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso2119fr-ch
Nom:Black hole, Sagittarius A*
Type:Milky Way : Galaxy : Component : Central Black Hole
Facility:Very Large Telescope Interferometer
Instruments:GRAVITY
Science data:2022A&A...657A..82G

Images

Les images des étoiles au centre de la Voie lactée prises par le VLTI de l'ESO
Les images des étoiles au centre de la Voie lactée prises par le VLTI de l'ESO
Étoiles autour de Sgr A* en mars 2021
Étoiles autour de Sgr A* en mars 2021
Les étoiles autour de Sgr A* en mai 2021
Les étoiles autour de Sgr A* en mai 2021
Étoiles autour de Sgr A* en juin 2021
Étoiles autour de Sgr A* en juin 2021
Étoiles autour de Sgr A* en juillet 2021
Étoiles autour de Sgr A* en juillet 2021
Vue à champ large du centre de la Voie Lactée
Vue à champ large du centre de la Voie Lactée
Sagittarius A* dans la constellation du Sagittaire
Sagittarius A* dans la constellation du Sagittaire

Vidéos

Regardez les étoiles se déplacer autour du trou noir central de notre galaxie (ESOcast 248 Light)
Regardez les étoiles se déplacer autour du trou noir central de notre galaxie (ESOcast 248 Light)
Séquence animée des images du VLTI des étoiles autour du trou noir central de la Voie Lactée
Séquence animée des images du VLTI des étoiles autour du trou noir central de la Voie Lactée
Zoom sur le trou noir au centre de notre galaxie
Zoom sur le trou noir au centre de notre galaxie